Prosveta

Pensée du mardi 16 novembre 2004

Unité - la véritable unité: celle dont rien ni personne n’est exclu

Dans le domaine politique, économique, quand il est question de faire l'unité, il s'agit presque toujours d'ententes fondées sur des intérêts égoïstes, un peu comme les brigands qui s'unissent pour faire de mauvais coups. Ce n'est évidemment pas cela la véritable unité, mais c'est ainsi qu'on la comprend: s'unir pour se jeter sur quelqu'un d'autre et l'évincer ou même l'anéantir. Quand les membres d'une nation disent: «Unissons-nous!» et que cette union n'a pour but que de combattre le voisin, on ne peut pas réellement parler d'unité. La véritable unité doit être toujours la plus vaste possible. Si, dans le corps, un organe réalise l'unité pour lui-même sans travailler en harmonie avec les autres, lui peut-être se sentira bien, mais les autres souffriront et l'unité sera donc compromise. Quand nous parlons d'unité, nous sous-entendons une unité universelle, cosmique, dont rien ni personne n'est exclu. Mais cette unité doit d'abord se faire en nous-mêmes: toutes nos cellules, toutes nos tendances unies vers Dieu. Cet effort que nous faisons se reflètera sur les autres unités et toutes ces unités éparpillées feront, en se rassemblant, une unité universelle.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur