Prosveta

Pensée du vendredi 2 avril 2010

Jésus - en quel sens est-il « le Sauveur » ?

Jésus est venu sur la terre et il a versé son sang pour le salut de l’humanité, affirment les chrétiens. Oui, Jésus est bien « le Sauveur », mais pas de la façon dont ils le comprennent. Car s’ils étaient vraiment sauvés, pourquoi les humains, les chrétiens y compris, sont-ils toujours tellement faibles, égoïstes, méchants ? Pourquoi se détruisent-ils et détruisent-ils leur prochain ? Le sacrifice de Jésus a donc une tout autre signification. Au moment où Jésus est venu s’incarner, le chemin psychique de la terre au Ciel était obstrué. Toutes les ignominies, toutes les pensées et tous les sentiments criminels, toutes les passions déchaînées des générations antérieures avaient fait proliférer dans le plan astral une multitude de créatures monstrueuses qui empêchaient les humains, à l’exception de quelques êtres d’élite, de progresser spirituellement. Jésus s’est donc sacrifié pour libérer ce chemin ; en versant son sang, il a assouvi l’appétit de tous ces monstres, et c’est un sacrifice infiniment plus grand qu’on ne l’imagine… À partir de ce moment-là, le chemin a été ouvert pour tous. Mais c’est à chacun de faire, par lui-même, l’effort d’y marcher. Le chemin est libre, mais pour être sauvés, c’est nous qui devons le parcourir.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Choisir une pensée

En savoir plus sur l'auteur